Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Anarchiste moi?

A l'occasion de la publication de mon nouveau roman "La Bagnarde" (Ed. Slatkine), Le Nouvelliste m'a interviewé et intitulé son article: "Narcisse Praz, écrivain anarchiste". Je lui rends cette justice: l'interview a été fidèlement rapportée et m'a laissé toute latitude de m'expliquer sur mon rapport personnel à l'anarchisme. Hormis ceci: dans le mot anarchisme la désinence -isme m'est suspecte, car elle implique une connotation doctrinale incompatible avec mon idée de la liberté. Je ne puis m'empêcher de suspecter le Nouvelliste de faire du mot anarchiste, dans ce titre, le synonyme de terroriste. C'est de bonne guerre de leur part, vu mon statut de promoteur de l'Initiative populaire cantonale valaisanne pour la laïcité de l'Etat.

Mais mes terrorises à moi sont quelques objecteurs de conscience qui ont fait de la prison parce que leur éthique leur interdisait de tuer un prétendu ennemi ainsi désigné par qui? Mes anarchistes sont Jean Rostand, biologiste français et pacifiste, Sir Bertrand Russel, philosophe britannique dénonciateur de tous les abus commis au nom de l'Autorité, un médecin vaudois qui se dévoue chez Exit, un infirmier et psychologue neuchâtelois qui se dévoue quelque part en Tanzanie et, derrière eux ou à côté d'eux, tous les antimilitaristes du monde qui hurlent leur révolte contre les assassinats légaux commis au nom de l'Etat. Anarchie, oui, si refus de complicité et désobéissance civile à des ordres assassins parés de légitimité. Anarchisme non, si sa désinence -isme implique une doctrine quelconque, si idéaliste et utopiste soit-elle.

LIBERER LA LIBERTE

Liberté, que d'abus on a faits de ton nom!

Le poète lui-même, emporté par sa verve

S'en gargarise en vain. Les colonels s'en servent

En guise d'étendard, font de toi leur torchon

Liberté dans un camp, esclavage dans l'autre,

Et pourtant c'est toujours la même liberté

Qu'on invoque à plaisir pour nous faire tâter

De l'héroïsme que vantent nos bons apôtres.

As-tu compté tes croix, as-tu compté tes morts,

Toi dont on a fait la putain de cent patries?

Liberté, tu n'es pas ce vain slogan qu'on crie

Pour inciter les sots à braver tous les sorts.

Exempte je te veux de toute hiérarchie,

Vierge et nue, à mon goût, comme la vérité

Sans ordre ni Système, intacte: liberté,

Pour racheter ton nom, je te nomme: anarchie!

Partager cet article

Repost 0