Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Le tireur de Daillon a acquis légalement ses armes de mort" (Titre de la Pravda du Valais)

J'ai vécu à Daillon. Il m'est arrivé quelques fois de croiser et même de prendre en autostop ce grand garçon barbu et peu loquace, grand marcheur solitaire. Paisible. Pas inquiétant pour un sou malgré sa barbe que n'eût pas reniée un islamiste intégriste, ce qu'il n'était certes pas. Quelques mois après la tragédie et l'incarcération de l'homme qui a assassiné deux femmes et un homme et blessé quelques autres personnes, l'enquête révèle que le dit meurtrier a acquis en toute légalité ses armes de mort et qu'on a découvert chez lui ce que les médias se sont empressés de parer du titre d'arsenal. deux mousquetons, deux carabines. S'y ajoutent trois pistolets soft air (pour le profane que je suis: à air comprimé?), un pistolet à billes, une réplique (fonctionnelle?) de pistolet mitrailleur, un pistolet à bouchon et un pistolet en carton. Un pistolet à bouchon! Et un en carton! Des baïonnettes, des couteaux, des poignards, des flèches, des haches, des sabres, des cartouches et des munitions. Exactement l'inventaire d'un arsenal d’adolescent immature en pleine crise prolongée. Assez d'indices témoignant d'un dérangement psychologique relevant de la psychiatrie qui, justement, l'avait pris en charge. Le problème est ailleurs. Double.

PRIMO. Le fait que ce gars ait pu acquérir en toute légalité les armes de son triple meurtre alors qu'il est sous traitement psychiatrique est à lui seul un acte d'accusation. Contre la Société. C'est qui, la société? Toi. Moi. Vous qui élisez des législateurs qui, à leur tour, mettent en place un Système administratif et policier qui s'est révélé incapable d'empêcher l'accès à ces armes de mort par un homme psychiquement inapte à résister à la tentation d'en abuser. Tous coupables!`Electeurs et élus! Toi. Moi. Nous. Ces trois morts, c'est sur NOTRE conscience qu'ils pèsent. Parce que l'Etat, c'est nous! On nous le serine assez lorsqu'il s'agit de payer nos impôts.

SECUNDO. Le tireur de Daillon avait fait son service militaire et était même parvenu à un grade élevé dans l'Armée suisse. Là, force est bien de poser la question: est-il parvenu à ce grade élevé malgré ou à cause de ses dérèglements psychiques? Car enfin, à toute nouvelle recrue embrigadée dans une armée quelconque, LA QUESTION qui leur est réellement posée tacitement n'est-elle pas: citoyen, es-tu prêt à tuer des gens sur ordre de tes supérieurs hiérarchiques sans même savoir si tes futures victimes t'ont personnellement causé un tort quelconque?Et ce tort éventuel ou prétendu, personnel ou collectif, mérite-t-il la mort des coupables avérés ou non? Drôle de civilisation! Drôle d'humanisme! Ceux qui ont enseigné à ce jeune homme l'Art de trucider de l'humain ne seront pas à ses côtés sur le banc des accusés. Et pour cause: le Système, c'est eux qui en sont les garants. Garants armés!

Le tireur de Daillon avait, lui, franchi ce cap et accédé à un grade de donneur d'ordres assassins. Ceci explique largement cela!

Nul homme ne sort indemne d'une Ecole du meurtre qui aura fait de lui un soldat et donc un TUEUR A GAGES POUR LE COMPTE D'UN ETAT, D'UNE NATION OU D'UNE IDEOLOGIE.

Parents! Avant d'inculquer à vos fils le respect de l'uniforme militaire et les vertus de l'obéissance aveugle aux ordres assassins, souvenez-vous du tireur du village de Daillon .

Sans les connaître, je compatis à la souffrance de ses proches. Ceux-là seraient légitimement habilités à intenter un procès pénal aux responsables de l'apprentissage de l'art de semer la mort inculqué à leur fils, frère, neveu, oncle, cousin! On ne naît pas doté d'une âme d'assassin! On le devient. Et nul n'est mieux qualifié que les recruteurs et formateurs des futurs tueurs à gage de l'Etat pour déceler les vocations idéales. Hélas!

Narcisse Praz

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :