Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bien lu l'article du Courrier d'où il appert que même certains conseillers d'Etat genevois, tout en se disant agnostique pour l'un, musulman pour l'autre, prêtent néanmoins serment sur la Bible, prouvant par-là qu'ils attachent davantage d'importance au Pouvoir à conquérir qu'à leurs convictions les plus intimes. Renégats!

Passe encore que des élus imaginent, ce faisant, s'attirer les votes de la Genève protestante. Mais un minimum de réflexion devrait amener cette prétendue élite du peuple à se demander si le fait de prononcer leur serment sur un Livre aussi discutable que la Bible ne remet pas en question le degré d'évolution de leur intellect et de leur lucidité.

Car enfin, voilà l'élite politique de Genève, ville lumière internationale, consacrant ainsi l'intangibilité de prétendues vérités absolues affirmées dans ce magma d'approximations qu'est la Bible. Parmi celles-ci figure, pour ne citer que lui, le mythe créationniste.

C'est faire foin du fait que ce mythe soit mis à mal - sinon à mort? - par les connaissances reconnues par la science et se référant à la théorie darwinienne de l'évolution des espèces! En prêtant serment sur la Bible, les élus genevois rejoignent les sectes obscurantistes créationnistes made in USA et se couvrent de ridicule. Mais qu'importe! Le Pouvoir est à ce prix.

Prêter serment sur la Bible équivaut à cautionner, entre autres élucubrations bibliques, comme vérité première absolue la Création de la femme façonnée de quelques poignées de glaise enrobant une côte extraite du corps d'Adam. C'est aussi bête que ça, la sainte Bible! Et c'est sur cette affirmation géniale que l'on prêterait serment?

La Bible est un Tout. Une prétendue vérité compacte. Ses adeptes se doivent de l'accepter comme telle intégralement ou pas du tout. Le dénommé Michel Servet, hérétique hispano-genevois, a payé de sa vie, sur le bûcher, ses doutes. N'est-ce pas, ô grand Jean Calvin apôtre de la sainte Bible et auteur de ce forfait commis au nom de ton Eternel?

Les conseillers d'Etat Genevois sont-ils prêts à accepter aussi comme vérité biblique l'hilarante histoire d'Esaü cèdant à son frère Jacob son droit d'aînesse contre... un plat de lentilles? C'est le genre d'histoires à dormir debout que l'on peut lire, parmi des milliers d'autres tout aussi lénifiantes, dans leur Bible.

A quand, à Genève, la prestation de serment de ses Conseillers d'Etat sur... l'histoire de Blanche-Neige et de ses sept nains?

Vivement, en Valais, un Etat laïque qui se distanciera de toutes les religions, de tous les cultes, de toutes les croyances! Un Etat neutre qui ne soutiendra ni ne financera ni évêché, ni paroisses, ni mosquées, ni temples, ni pasteurs, ni rabbins, ni imams, ni ayatollahs, ni gourous, mais attribuera à une Ecole valaisanne enfin laïque l'argent aujourd'hui dilapidé au profit de certains cultes!

La paix confessionnelle est à ce prix, car déjà l'on entend parler de revendications financières islamiques invoquant une inégalité de traitement par rapport aux religions officiellement reconnues en Valais.

Non à un canton du Valais livré à de nouvelles guerres de religions! Et les vaches lutteuses d'Hérens seront bien gardées.

Partager cet article

Repost 0