Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

mercredi 19 novembre 2014.
AVOUE, RODGER! Avoue que tout ça fait partie du cinéma sportif. Avoue que ton mal de fond du dos avant ta finale au Masters c'était de la comédie! Tu pressentais - ou peut-être le savais-tu même de source sûre, c'est-à-dire de toi-même? - que tu n'avais que peu de chances de battre l'autre finaliste et actuellement indéboulonnable Numéro un mondial du tennis. Donc, tu aurais affronté la prestigieuse Coupe Davis en... vaincu! Alors, tu as fait ton calcul: qu'avais-tu à gagner dans cette finale? Quelques millions? Et après? Des millions, tu en as à profusion et c'est tant mieux pour toi et pour tes 4 jumeaux et jumelles. Or, tu te devais, à toi et à toute la Suisse dont tu es le nouveau Winkelried d'entrer dans les arènes de la Coupe Des Vices du Tennis en invaincu et peut-être invincible. Alors, tu t'es inventé ce mal de bas du dos. Facile. Incontrôlable. Et tu nous as joué le suspense jusqu'au dernier moment.
Tiens, Roger, je vais te raconter une histoire de mal de dos. C'était dans les années 1950. Juste après la guerre. Mon oncle André Bornet, vaillant paysan de montagne, et soldat suisse comme il se devait, venait de recevoir son ordre de marche. Et cela en pleine période de fenaison! Z^'ont donc rien dans le ciboulot, les connards de l'Armée Suisse? Y savent-y donc pas que s'ils t'enlèvent pour un mois à ton travail c'est tous les foins de tes 3 mayens et de tes prés de Beuson et de La Mury qui vont pourrir sur place? Quels cons, là-bas, à Berne! Alors,l'oncle André s'est inventé un mal. Mais où le situer? Dans la poitrine, c'est évident. Du côté du coeur? Ou bien du foie? Bref, il se présente devant ce bon docteur Coquoz qui montait une après-midi par semaine dans la vallée de Nendaz pour ses consultations et qui y jouit de la réputation du médecin qui prend parti pour ces braves gens de la montagne contre les assurances et contre tout ce qui leur apparaît comme moyen de les exploiter.
Voici donc l'oncle André désignant à ce bon docteur Coquoz une zone imprécise de sa poitrine et vaguement de son ventre. Il lui explique qu'il a reçu son ordre de marche et que ça tombe vraiment mal: avec ce mal de ventre et de poitrine, il ne pourra pas honorer dignement son régiment. Le docteur Coquoz, par ailleurs capitaine d'office de l'Armée suisse au vu de son titre de médecin, le regarde droit dans les yeux et, autoritaire, décrète:
-Non, Monsieur Bornet, ce n'est pas au ventre que vous avez mal. C'est là! Là et là!
Et il lui désigne différentes zones du dos.
L'oncle André n'y vit aucun inconvénient et rentra chez lui porteur de l'exemption
absolue de service militaire pour une période indéterminée.
Comme Roger Federer pour la Finale des Masters de Londres! Et avec les honneurs! S'il vous plaît!
Allez, salut, Rodger! Et bonne chance pour la Coupe Des Vices du tennis.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :