Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lundi 19 janvier 2015.
A MOI, CHANOINE CALIXTE DUBOSSON, DEUX MOTS

Je lis dans le Nouvelliste, que vous déniez aux incroyants et autres mécréants le droit de se moquer du Christ comme de Mahomet. Voici un extrait du journal MARIANNE de la semaine passée qui relate l'un des innombrables exploits dont peut se glorifier votre Sainte Eglise Catholique et qui, en effet, n'incite pas à rire:

CITATION.
" L'Histoire de la France laïque commence à Abbeville, le 1er juillet 1766. Ce jour-là, un jeune homme de 20 ans, qui ne s'appelle pas Charlie, mais François Jean Lefebvre,Chevalier de La Barre, est pendu en place publique après avoir subi d'effroyables supplices. La loi des cagots de l'époque ressemble fort à la charia telle qu'elle est appliquée par les fous d'Allah.

Le Chevalier de La Barre est accusé d'avoir chanté des chansons impies sur la foi. Le bourreau commence donc par lui arracher la langue. Puis il paye pour un crime d'une exceptionnelle gravité: il a omis d'ôter son chapeau au passage d'une procession de moines capucins. Pour ça, le Chevalier de la Barre subit le supplice de la roue en place publique. Tous ses membres furent ainsi fracassés. On lui enfonça les fers dans les genoux. Puis on le conduisit à la potence, la corde au cou, avec une pancarte le désignant à la vindicte divine et publique comme blasphémateur et sacrilège exécrable. Son corps passa de la potence au bûcher et l'on jeta ses cendres dans le canal" .
FIN DE CITATION.

Monsieur le chanoine, vous suggérez, rien de moins, que de réintroduire le blasphème dans nos lois? Et, comme les fous d'Allah pour leur Prophète, vous clamez haut et fort qu'il est interdit de rire de votre idole chrétienne, le Christ? L'histoire ci-dessus, sommairement relatée, nous fait grâce des rires de vos tortionnaires catholiques brisant les membres d'un jeune homme de 20 ans condamné à mort pour blasphème!

A vos yeux, sans doute, ce drame n'est-il qu'une insignifiante anecdote dans l'Histoire de votre glorieuse Eglise? Peut-être vous inspire-t-elle même une furieuse envie de rire? De rire de la victime, bien sûr, mais pas de la sainte Religion ni de son Dieu dont fut victime ce charmant jeune CHARLIE en l'an de grâce 1766.

Vous lire, Monsieur le chanoine Dubosson, c'est boire notre Calixte d'incroyants jusqu'à la lie.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :