Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lundi, 27 janvier 2015
LETTRE OUVERTE A UNE SAINTE, UNE VRAIE...

Chère, très chère tante Honorine!

Durant toutes les années où je t'ai côtoyée je me suis retenu et abstenu de te le dire. Lorsqu'une allusion était faite, en famille, à ta dévotion exemplaire, tu souriais d'un sourire inimitable plein d'humour qui signifiait: "Je sais que vous ne croyez pas, mais moi, je persiste à vouloir croire.Et pensez ce que vous voudrez.". Et tu priais, tu priais...

Si je dis aujourd'hui que tu es une sainte, je sais de quoi je parle. Ton père, mon grand-père Barthélemy donc,avait perdu sa main droite broyée dans une concasseuse sur le chantier du Pont sur le Rhône. Après le mariage de ma mère, tu es restée seule femme à la maison avec ton père manchot et tes 4 frères. Tu as sacrifié ta vie sentimentale à ce que tu as estimé ton devoir d'assister ton père manchot jusqu'à sa mort. Ce que tu fis.Et ce qui me fait dire aujourd'hui que tu as vécu comme une sainte. Mais une vraie, dans le bon sens du terme.

J'en viens à ce que je n'ai jamais eu le coeur de te dire: lorsque tu adressais à ton Dieu tes "Notre Père qui êtes aux cieux", c'est comme si tu les avais adressés à n'importe quel personnage de fiction inventé par un écrivain, par exemple le Jean Valjean de Victor Hugo, le Comte de Monte Cristo ou Arsène Lupin. Parce que ce dieu-là est une pure invention succédant à d'autres inventions telles que Zeus ou Jupiter. Lorsque tu adressais tes "Je vous salue Marie pleine de grâces" à la sainte Vierge, c'est comme si tu les avais adressés à Mary Poppins.

Et c'est une chance pour toi que tu n'en aies jamais eu conscience. Car si ce Père qui est dans les cieux existait vraiment, là tu pourrais lui cracher au visage en le traitant de parfait salaud! Parce que ce dieu né de l'imagination d'un barbu des temps bibliques n'a rien fait pour te sauver, toi, sa fidèle parmi les plus fidèles, ni tes deux frères Denis et André, lorsque éclata l'incendie qui a détruit ta maison et vous y a tous tués. Heureusement pour toi, ton dieu comme ta sainte vierge ne sont que des personnages de fiction de romans intitulés Bible et Evangiles: cela t'évite d'avoir à leur demander où ils regardaient donc pendant que toi et tes frères mouriez dans cet incendie!

Chère tante Honorine, tu as une sacrée chance que leur Paradis n'existe pas non plus. Parce que s'il existait et si tes personnages de fiction existaient, alors, après le sale coup qu'ils t'ont fait, à toi, une sainte, une vraie sainte, tous les saints de leur Paradis leur tomberaient sur le râble. Et je ne donnerais pas cher de la peau de ton dieu et de sa sainte mère Mary Poppins.

Pardon, très chère tante Honorine, mais 45 ans après l'incendie, je suis parvenu à te le dire enfin. J'espère que je ne t'ai pas offensée?

Bonne éternité quand même !.

Partager cet article

Repost 0