Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

COMMENT UN TYPE S'EST FAIT UN POISSON D'AVRIL... A LUI-MÊME !

C'était dans les années 1980 dans une vallée valaisanne que l'on ne nommera pas. Cette commune-là compte une dizaine de villages et hameaux. C'est important pour l'histoire, car notre gros malin avait imaginé un poisson d'avril d'envergure visant à faire accourir et converger de tous les points de la vallée ses contemporains vers le chef-lieu. Il s'en délecte par anticipation et met son projet à exécution.,

Il a entre les mains un écrit officiel de l'Administration communale. Il l'apporte chez un copain imprimeur et lui passe commande de 200 cartes postales à l'effigie de la commune (pourquoi 200? pour que ça vaille la peine, pardieu!). Puis il se met au travail. A la machine à écrire. 200 fois le même texte de base, mais avec un chiffre chaque fois différent mais assez incitatif pour valoir le déplacement:

"Madame, Monsieur,

Le service fiscal de l'administration communale constate qu'elle a commis une erreur dans votre taxation personnelle et qu'elle vous a ainsi amené à vous acquitter d'un montant d'impôt trop élevé. Aussi êtes-vous invité(e) à retirer au guichet compétent le vendredi 1.4.1984 entre 10 heures et midi la somme de Fr. ............... qui vous revient de droit.

Avec nos excuses pour ce malentendu, nous vous prions d'agréer, Madame, Monsieur, nos salutations très empressées."

Et notre hurluberlu se met à recopier à l'aveuglette des adresses de l'annuaire téléphonique de la commune. Et vlan! les 200 cartes postales s'en vont vers leur destinée. Notre homme est aussi un peu peintre du dimanche. Le jour dit, dès 10 du matin, le voici posté à proximité de la Maison de commune, à l'affût. Pour tout potage, il n'aura que sept ou huit victimes de sa glorieuse inspiration. Parmi elles, un Monsieur furieux qui, passant à sa hauteur lui lance, en patois:

- C'est une sale blague, mais ma course par l'autocar postal, tu me la rembourseras quand même?

Fiasco! Explication. Survient Monsieur le facteur qui s'approche et lance, hilare:

- Alors voilà, tu m'as envoyé cette carte postale Je me suis naturellement pointé au guichet de la commune, je leur ai monté ta carte. Le secrétaire s'est tout de suite aperçu qu'il s'agissait d'un poisson d'avril. Il m'a donné l'ordre de bloquer l'envoi de toutes ces cartes! Et c'est ce que je vais faire. Dommage, Si tu ne m'avais pas mis sur la liste, ça aurait pu marcher...

Comme eût dit Fernand Raynaud: " ça eût payé, mais ça ne paye plus! "

Et voilà comment notre hurluberlu s'est fait à lui-même un joli poisson d'avril. Car lui, oui, il a marché: de son village jusqu'au chef-lieu de la commune pour assister au défilé de victimes... qui ne sont jamais venues! A 5 ou 6 exceptions près, c'est-à-dire les détenteurs de cases postales qui avaient été desservies avant que le facteur ne se pointe au guichet du service fiscal de la commune.. Sans compter le boulot, ni le prix des imprimés.

De quoi chanter avec Brassens:

"Avec mes 200 cartes j'avais l'air d'un con, ma mère! Avec mes 200 cartes j'avais l'air d'un con!"

Mais ne le racontez à personne, car l'hurluberlu en question ne déteste rien tant que de passer pour un con! Surtout quand on se croit malin!

Salut.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :