Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

POURQUOI je ne fêterai pas ce bicentenaire !

Je ne suis pas historien. Tant mieux pour l'Histoire ! Encore moins politicien.! Tant mieux pour tout le monde.

Cependant, de mon point de vue, l'adhésion du Valais, incluant globalement le Bas-Valais francophone et le Haut-Valais germanophone, à la Confédération helvétique fut une erreur grossière.

Quelles affinités liaient ces deux parties de la haute vallée du Rhône? Culturelles? Hormis la religion sous la houlette d'un même évêque, aucune. Trente ans plus tard, ce même évêque mobilisera tous ses inconditionnels haut-valaisans pour massacrer libéraux et radicaux du Bas-Valais. Merci, Monseigneur! Critères économiques? La barrière linguistique y faisait obstacle.

En revanche, tout reliait le Bas-Valais francophone et patoisant à la partie francophone et patoisante du Val d'Aoste et de la Haute-Savoie. Quant au Haut-Valais "schwytzerdütchophone" tout le reliait, par-dessus la Furka et le Grimsel, à la Suisse alémanique.

1815 fut une occasion historiquement ratée de constituer UNE REPUBLIQUE LIBRE DU MONT-BLANC incluant tous les territoires liés par de vraies affinités d'usages et de moeurs linguistiques et culturelles incluant la Bas-Valais francophone, la Haute-Savoie et la partie francophone et patoisante du Val d'Aoste.

Ces deux dernières entités eussent de la sorte évité les abominations de la guerre de 1870-187l, la boucherie de 1914-1918 et de 1939-1945. Quant au Valais, rendons-lui cette justice: son adhésion à la Confédération Helvétique lui aura épargné ces mêmes abominations.Tout n'est donc pas négatif dans ce bicentenaire.

Avec un autre Farinet, qui n'eût pas été le personnage vénal du roman de Ramuz, on aurait même pu rêver d'une REPUBLIQUE LIBERTAIRE DU MONT-BLANC ! Voilà qui aurait tout de même une autre gueule que ces trois frontières imbéciles séparant des populations unies par des affinités autres que les égoïsmes nationalistes générateurs de guerres fratricides.

Rêve, citoyen, rêve ! C'est la dernière liberté qui te soit encore octroyée sous la Dictature Economique Européenne déguisée en autant de fausses démocraties que nécessite l'intérêt supérieur des Grands Prédateurs du Système , alias les, G.P.S.

Signé: Un Praz dont le nom apparaît, dit-on, dans les annales valaisannes à Nendaz dès l'an 1190, donc bien avant 1815. C'est ça, mon Valais à moi: le V.A.S., Valais, Aoste, Savoie.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :