Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A la force du jaret.

Sous ce titre, la Pravda de ce jour, 4 août 2015, anniversaire de la signature de l'Acte de Médiation qui octroya le Valais à la Suisse, la Pravda du Valais publie une photo de la Médiathèque illustrée par ce propos: "La force du jaret de l'animal est bien utile pour les foins dans les pentes vers Vernamiège en 1960".

Mais que représente donc cette photo?

- Une scène de fenaison probablement dans un mayen pentu;

- Un homme dans la force de l'âge, casquette, bras de chemise, marche d'un pas résolu, canne ou bâton à la main gauche, sa main droite tient le licol grâce auquel il dirige une vache. Le licol est ajusté autour des cornes de la vache. C'est une bête fortement charpentée.

- Aux flancs de la vache se tient une femme en lourd costume d'époque, caracot solide et jupe jusqu'aux chevilles. De ses deux bras tendus, elle soulève et fixe sur le bât de la vache un gros fagot de foin contenu dans un drap de jute que dans mon patois on nommait une "chardza". Son contenu était "ouna chardjià". En l'occurrence, on peut dire qu'il s'agit d'une vraie grosse, très grosse "chardjià".

- L'effort que doit fournir la femme en lourd costume et pleine saison des foins pour soulever, hisser et maintenir la "chardjià" sur le dos de la vache doit être considérable: ses épaules arquées et l'énergie de sa poignée de mains en attestent.

Moralité de l'histoire?

Monsieur s'est octroyé le beau rôle: peinard, il dirige l'opération. Tout effort de sa part réside dans la tenue du licol le reliant à la vache. Il peut donc marcher d'un pas allègre. A la femme et à la vache toute la peine!

Reste à imaginer la suite. Arrivés à la grange, l'homme lâchera son licol et ira s'asseoir sur le banc devant la grange, la femme déchargera la "chardjià", la hissera sur le tas du foin. La vache se mettra à brouter.

Et alors, l'homme se mettra à faire du Ramuz: "Viens t'asseoir sur le banc devant la grange , à côté de moi, femme. Tu as bien mérité un peu de repos. Tu as toujours été là et ainsi j'ai toujours pu m'appuyer sur toi..."

Et pourquoi pas, tant qu'à faire, entonner la chanson de Jean Ferrat "La femme est l'avenir de l'homme..." ?

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :