Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Les enfants bannis d'Irlande"

C'est le titre du film d'hier au soir de la RTS. Sujet? Les 40.000 voire 60.000 bébés enfants illégitimes de jeunes filles irlandaises recueillis avec leur mère dans des couvents puis séparés d'elle pour être VENDUS. Mais cela ne se passait pas au Moyen Âge, non, mais en plein XXème siècle en Europe.

En vertu du précepte "Aimez-vous les uns les autres", compatissante et désintéressée, l'Eglise catholique irlandaise est parvenue à camoufler l'accueil de filles enceintes non mariées ou déjà filles-mères en un business florissant: la vente de leur bébé. La chose se passait ainsi: pendant la période où la mère allaitait son bébé, elle était recueillie dans un couvent, puis on le lui enlevait pour le vendre. Bonne affaire: pendant l'allaitement, le bébé ne coûtait rien à l'Eglise. Puis la mère nourricière était renvoyée comme une malpropre dans le monde, à jamais réprouvée.

Le film ne lésine pas sur l'apport financier pour l'Eglise catholique de ces dizaines de milliers de bébés irlandais "illégitimes" ainsi vendus, de préférence à de riches Américains bien nantis en dollars. Toutes preuves comptables découvertes à l'appui.

Vraiment il faut être un anticlérical primaire de mon espèce pour trouver quelque chose à redire à un commerce aussi profitable et conforme à l'injonction christique "Aimez-vous les uns les autres".

Mieux encore, on a découvert dans la cour d'un couvent irlandais les ossements de 796 bébés décédés de malnutrition et maltraitances diverses, oeuvre d'amour des bonnes soeurs catholiques gloire de l'Eglise d'Irlande. Et cela ne s'est pas passé dans un pays sauvage dans les temps préhistoriques, non, mais en Europe dans le XXème siècle de la glorieuse Ere chrétienne. On dit bien: ère chrétienne.

Mais, m'objectera-t-on, l'Eglise d'Irlande, c'est un cas à part? Disons qu'ailleurs ce fut plus discret. Être fille-mère en Irlande? La hantise des filles du temps d'avant la pilule contraceptive. En Irlande seulement? Ta gueule, toi qui sur l'1dex me taxe régulièrement d'anticléricalisme primaire: en Valais, à Fribourg, à Lucerne et dans tous les cantons catholiques, ce fut pareil. La même honte.

Je sais de quoi je parle. Cette honte propagée dans toutes les familles valaisannes avait tellement marqué ma propre enfance et adolescence que j'en fis l'objet de mon premier roman intitulé "L'intrus", (Ed. Le Progrès. Prix de la Guilde du cinéma 1956 ) ce mot désignant l'enfant déclaré "illégitime". L'ostracisme frappant les filles-mères et le fruit de leurs amours extraconjugales a perduré des siècles durant dans ce canton. Les récits entendus dans mon enfance en témoignent abondamment.

Et si j'ajoute que parmi les enfants irlandais illégitimes recueillis par l'Eglise catholique pour alimenter un business immonde il s'en est trouvé un qui fut vendu personnellement par un évêque irlandais à un évêque américain qui se révéla un pédophile multirécidiviste et qui le viola, ce seul fait ne justifie-t-il pas l'injonction de Voltaire "Ecrasons l'Infâme!" ?

Mais non, mais non, me dira-t-on, ce serait faire oeuvre d'anticléricalisme primaire.

Parmi ces dizaines de milliers de gamines innocentes - et comme telles abusées et engrossées- combien d'entre elles avaient été rabaissées au rang de la poupée gonflable par leur curé ,son vicaire ou leur évêque au titre d'exutoire au voeu de chasteté inhérent à leur sacerdoce? Drôle de mot, sacerdoce, tu ne trouves pas? A décomposer. Aux yeux de ces gens-là, une fringante jeune fille, ça vous a tout de même d'autres appâts physiques que l'enfant de choeur, le catéchiste ou le scout néanmoins bons à prendre faute de mieux, n'est-ce pas?

Cf. "Gare aux gorilles ! " (Editions Libertaires)

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :