Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

On nous prend pour des cons !

Presse et télévisions nous annoncent comme événement extraordinaire l'arrestation et la mise en garde à vue de l'ex-Patron de la police judiciaire parisienne Sire Christian Flaesch et de l'ancien Directeur du Renseignement intérieur Sire Bernard Squarcini. Garde à vue organisée dans les locaux de l'IGPN, L'Inspection générale de la police nationale.

Tout ça pour nous dire qu'en démocratie la Justice n'épargne personne.

Ensuite on nous révèle que le domicile de ces deux éminents personnages ont été perquisitionnés. Et c'est là qu'on nous prend pour des cons ! Moi qui vous parle, je me suis fait choper une fois dans une histoire de contrebande de montres et je me suis cru malin en planquant à mon domicile les numéros de téléphones de mes relations intra- et extra-douanières.Comme un bleu !Comme le premier crétin des Alpes venu ! A lire à ce propos mon récit autobiographique intitulé "LA VIE CONTRE LA MONTRE" - qui porte en sous-titre les mots "Vécu-cuvé" actuellement en librairie (Ed. Monographic). Mais ça m'a servi de leçon!

A qui veut-on faire croire que ces deux génies du Renseignement et des Enquêtes policières n'auraient même pas eu l'instinct premier, primaire, quasi animal, de planquer leurs documents compromettants loin de leurs bureaux et de leur domicile? A qui sinon au ramassis d'abrutis et de primates que nous sommes visiblement aux yeux des gens qui ont le culot de lancer cette information comme un scoop censé nous prouver que la Justice n'épargne personne?

Transparence mon cul, comme dirait Zazie. On nous prend pour des cons. A plus forte raison que l'affaire qui leur vaut cette mise en garde à vue date de l'élection présidentielle de 2007 ! Donc, depuis 9 ans, à ces deux génies de l'art policier il ne serait pas venu à l'esprit de planquer leurs papelards compromettants dans la grange en Savoie de leur neveu ou dans le coffre-fort de leur banque aux ìles Caïman?

Cela rappelle l'histoire du compte à l'UBS d'un certain Adolphe Hitler dont on n'a jamais trouvé la trace mais dont la Commission fédérale chargée d'enquêter sur les biens nazis volés aux juifs et planqués en Suisse dit que, "vraisemblablement tous ces documents ont été détruits... avant la fin de la guerre " . Parce qu'à l'UBS on a senti venir le vent. Et à l'UBS on est malin ! On n'attend pas la perquisition policière avant de réduire en cendre ou en confettis les papiers suspects.

Mais le bon peuple suisse reste censé accepter comme vérité absolue, puisque émanant de nos hautes autorités, la dénégation sans faille d'une quelconque présence d'un compte bancaire de feu Adolphe Hitler en Suisse, pays célèbre pour sa neutralité intouchable. Invincible grâce à une Armée bidon qui n'a jamais servi à rien, qui ne sert encore à rien, qui ne servira jamais à rien sinon à jeter de la poudre aux yeux de qui en veut bien. Mais c'est si doux de croire que c'est grâce à Elle que la Suisse doit de n'avoir pas été envahie entre 1939 et 1945. Et si Hitler avait tout simplement renoncé à cambrioler son propre coffre-fort en Suisse? CQFD

Partager cet article

Repost 0