Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le procès du Shah d'Iran

Editeur (à perte financière) et rédacteur sans chef ni subordonnés de l'hebdomadaire satirique "La pilule" 1970-1976, je me suis souvent persuadé que mes combats aveugles ou lucides anti-capitalistes, antireligieux, anti-autoritaires, anti-arbitraires, anti-abus de toutes sortes, en un mot libertaires n'avaient en définitive servi à rien.

Et puis, voici qu'un étudiant de l'Université de Fribourg, Gilles Mauron pour ne pas le nommer, s'empare de la chose et fait de l'existence même de ce brûlot anti-tout le sujet de sa thèse d'histoire sous le titre:"Un journal anarchiste à Genève: La Pilule de N.P.".

Et puis, voici qu'à Zürich, une autre étudiante, Sophie Busin, choisit aujourd'hui comme thème de sa thèse de droit suisse "L'offense à chefs d'Etat étrangers". Et la voilà qui découvre... la thèse même de Gilles Mauron où il est question d'un procès bien connu en son temps: celui que le shah d'Iran Reza Pahlevi intenta à mon hebdomadaire satirique romand "La pilule "- 1970-1976 parce qu'on l'y traitait de trafiquant de drogue et d'assassin. Non sans preuves, car l'Unesco même le dénonçait comme tel en raison de son monopole absolu sur la culture du pavot sur tout le territoire iranien et, partant, du monopole de la vente de l'opium. Qui mieux est, la soeur jumelle du shah, la princesse Ashraf (dite par le Canard enchaîné "la princesse... à schnouf")  se faisait pincer, à pareille époque, à la douane de Genève avec ses valises diplomatiques bourrées... de schnouf, alias d'opium. Affaire aussitôt helvétiquement étouffée. Pas de ça pour la soeur jumelle de l'hôte de luxe de St.Moritz et ami de la famille du conseiller fédéral Roger Bonvin !!!

Quant à l'accusation d'assassin proférée par "La Pilule", elle s'étayait sur les exécutions par pendaison à la chaîne des tricheurs qui osaient briser le monopole du shah de la culture du pavot, ainsi que sur les pendaisons à la chaîne de ses adversaires politiques, trotzkistes et marxistes en général, méfaits également dénoncés par l'Unesco. Le shah était, en fait, le pion docile de la C.I.A. made in USA.

Or, à pareille époque, un certain Ayatollah Khomeini s'était exilé près de Paris à Neauphle-le-château et, de là, inondait l'Iran de cassettes de propagande islamique, préparant sa révolution et donc la chute et la fin du règne du shah Reza Pahlevi.

Or, à pareille époque, le petit journal satirique romand La Pilule avait un abonné fidèle à Neauphle-le-château. Curieux, non? Cela veut dire que le dit ayatollah se faisait lire et traduire les articles de La Pilule à qui le shah avait intenté un procès en diffamation. Bientôt, Belzébuth Khomeini succèdera à Lucifer mis en place par le Satana américain à la tête des destinées de l'Iran. La Pilule y aurait-elle contribué? Va savoir.

OUI, MAIS... à pareille époque le shah d'Iran était un hôte privilégié de la Suisse. Il possédait son chalet grandiose à St.Moritz et logeait sa suite innombrable dans les plus grands hôtels de la station. C'était donc un hôte de marque de la Suisse. Et puis, ses enfants étudiaient en Suisse! Et puis, la fille même du Conseiller fédéral ROGER BONVIN était la préceptrice de ces mêmes enfants du shah d'Iran !!! Or, ce même Conseiller fédéral était le chef du Département des Finances et des douanes, ce même département des douanes qui venait de pincer la soeur jumelle du shah à l'aéroport de Genève avec ses valises diplomatiques bourrées d'opium!  Tout s'explique ! Roger Bonvin, la gloire d'un certain Valais...

Moyennant quoi il devenait donc indispensable de frapper d'une amende au moins symbolique l'hebdomadaire romand "La pilule". Ordre en fut donné de Berne à Genève et je fus condamné à une amende de Fr.500.-- pour insulte à chef d'Etat étranger grand ami de la Suisse. Or, à cette époque, 500 francs dans la caisse de mon brûlot hebdomadaire, ce n'étais pas insignifiant, tant s'en faut.

Aujourd'hui, 45 ans plus tard, je persiste à déclarer qu'au vu de ses crimes bien connus de trafiquant de drogue et d'assassin, le shah d'Iran Reza Pahlevi, tout grand ami de l'ancien Président de la Confédération qu'il fût, était une franche crapule. Et cela je l'ai dit et répété à l'étudiante de l'Université de Zurich pour sa thèse de droit pénal traitant du thème de l'insulte à chef d'Etat étranger.

Conclusion? Non, les combats libertaires les plus obscurs ne sont pas vains !

NI DIEU NI MAÎTRE !

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :