Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Fin d'une malédiction ?

Lors d'une émission télévisée de "La grande librairie" Son Eminence littéraire Bernard pivot a osé cette déclaration à jamais inouïe: "Les gens qui lisent sont moins cons que les autres." A ses côtés trônait, pas peu fier, Sa Majesté un écrivain genevois aux tirages se chiffrant en millions d'exemplaires.

De cette déclaration solennelle découlent d'office les constats suivants:

Primo. L'écrivain genevois en question ayant affirmé lors d'une interview télévisée de la RTS qu'il estimait à 5 millions le nombre de ses lecteurs, ceux-ci ainsi proclamés par Son Eminence Littéraire (SEL) "moins cons que l'ensemble de l'humanité",  l'UNESCO serait bien inspirée en proclamant le lectorat dudit écrivain genevois "bien inaliénable de l'humanité".

Secundo. Humiliés avec les misérables tirages de leurs oeuvres se chiffrant en maigres milliers d'exemplaires face à ce triomphe éditorial à coups de millions d'exemplaires vendus,  voici relégués au rang d'écrivaillons besogneux tous les Ramuz, Cingria, de Pourtalès, Cendrars, Roux, sans omettre les trois Maurice valaisans, le Zermatten, le Chappaz et le Métral, les Jaccotet, Voisard, Bille, Haldas, Chessex et quelques autres. Tous à la déchetterie littéraire! Ils ne font plus le poids face au Maître.

Quant à nous autres, laborieux auteurs romands contemporains, comment osons-nous encore proposer nos rédactions scolaires aux différents éditeurs de langue française? Tous,  fatalement, compareront notre prose minable aux éclats de génie émanant de l'Oeuvre du Maître genevois aux millions de lecteurs. La honte est sur nous. Shame on you! Shame on me! Un écrivain, un vrai écrivain nous est enfin né en comparaison de qui nous ne sommes que racaille de scribouillards.

Persiste et signe: Narcisse Praz

PS. Naturellement, ce texte ne peut être que le fait d'un minable écrivassier jaloux. Dont acte.

 

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :