Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vendredi 15 juin 2017
NON JE NE FERMERAI PAS MA GUEULE !

C'est à propos de l'institution des EMS - Exploitation Maximale des Seniors.
Mon premier article facebook a suscité une protestation véhémente de la part d'une personne choquée, offensée par mes propos généraux sur la condition déshumanisée faite aux vieillards et débouchant sur l'évidence que nos EMS ne sont autre chose que des dépotoirs de luxe pour personnes devenues encombrantes. Mes propos ont offensé la bonne conscience de responsables de l'enfermement d'un de leurs proches dans ce qu'il faut bien appeler par son nom: une prison !

Car tout a été conçu sur le modèle de la prison: à l'arrière du bâtiment il y a aussi une cour. Fermée, la cour, bien sûr. Bien sûre.

Voici ce que j'ai vu. De mes yeux vu. Ce qui s'appelle vu. En Valais chrétien, catholique, dans une institution appelée Etablissement Médico Social. On a évité de justesse d'y ajouter le sigle S.A. de la Société Anonyme. En conformité avec le Deuxième Commandement de Moïse qui dit: "Ton père et ta mère tu honoreras afin de vivre longuement"?

Lors d'une première visite à Montana, dans le corridor menant à la chambre de la personne à qui je voulais rendre visite,je me suis heurté à un ruban d'interdiction de passer, comme sur les lieux d'un crime interdit d'accès par la Police. Ou bien à la façon d'un parc à bestiaux ovins et bovins lesté de son fil électrifié?  On m'a expliqué que c'était pour empêcher l'un ou l'autre patient de s'évader de son goulag. Motif évoqué? Protéger ces vieillards contre eux-mêmes. Quoi de mieux qu'une prison à cet effet? Prison! Ou parc à bestiaux lesté de son fil électrique?

Dans un autre EMS, sur 3 étages pour en sortir il faut appuyer simultanément sur 2 boutons éloignés l'un de l'autre de 15 centimètres, ce qui complique l'opération pour des vieillards peu habiles de leurs mains. Prison.

Le Règlement de l'EMS précise que les animaux de compagnie n'y sont pas admis. Haut le coeur, car pour la personne à qui je rends visite la présence de son animal de compagnie était depuis de nombreuses années l'équivalent de son oxygène affectif et mental. Un attachement quasiment fusionnel. Et la voilà sevrée! Donc malheureuse. Chats et chiens de compagnie sont interdits d'accès: on pourrait avoir dissimulé dans leurs poils une lime capable de scier les barreaux des cellules!

J'entre dans le grand hall des visites et des rencontres. A la réception on m'indique que je puis monter au premier étage où se trouve la personne à qui je rends visite. Là, je me heurte à une porte condamnée. Je manifeste ma présence. Au-delà de la porte se trouve le lieu de rencontres et de visites. Un membre du personnel s'approche et, de sa clé magique, ouvre la porte qui se referme aussitôt derrière moi. Prison.

Je constate que les occupants du premier étage y sont confinés. La porte de l'étage est condamnée. Pour descendre au rez-de-chaussée où se trouvent la cafeteria et la réception, les patients impatients doivent demander l'autorisation. Elle leur est la plupart du temps refusée, sous prétexte de les protéger contre eux-mêmes. Prison.

Le grand hall de rencontres donne sur la cour. Extérieure, mais fermée . Fermée pour l'accès depuis  l'intérieur mais surtout fermée vers les horizons extérieurs. Prison.


Lorsque je veux repartir après ma visite, je me heurte de nouveau à la porte fermée du premier étage où je me trouve. Je manifeste mon intention de m'évader. On me libère. La porte se referme derrière moi. Prison.

Je redescends au rez-de-chaussée et l'on m'apprend la façon d'ouvrir la porte d'entrée principale: les deux boutons lumineux sur lesquels il faut impérativement appuyer deux doigts simultanément, car il faut compliquer l'opération à quelques vieillards tentés de s'évader.
Ce que je fais. Je m'évade.

Comme le quidam qui vient de rendre visite à... UN PRISONNIER.

Conclusion de l'expérience? Sous prétexte pseudo-philanthropique de protéger contre eux-mêmes les hôtes payants de l'EMS, on les enferme comme des poulets en batterie. Mais des poulets pondeurs de plusieurs milliers de francs mensuellement ... contre bons soins.

Contre bons soins? Sauf que la plupart d'entre ces vieilles et de ces vieux, vu l'interdiction d'introduire des animaux de compagnie dans les lieux, vivent un ENFER d'isolement forcé, privés qu'ils sont de leur chat, de leur chien ou de leur canari de compagnie! C'est eux, les vieilles et les vieux des EMS que l'on a mis en cage!

Qu'on leur laisse au moins l'illusion de la liberté de disposer d'eux-mêmes en sortant dans la nature en pilotant leur déambulateur ou leur chaise roulante!

Mais non! Ils deviendraient alors un danger public pour les gens qui, dehors, travaillent, eux ! Ils pourraient passer sous les roues de leurs voitures! Et alors ça coûterait de l'argent aux Compagnies d'Assurance! Et ça, c'est sacré, l'argent des Compagnies d'assurance !

Alors oui, je le dis et je le répète, moi, plutôt que de me laisser enfermer dans un EMS du Valais comme un poulet en batterie à raison de 5 ou 6ooo francs par mois,
JE ME PENDS
ou je me jette dans le Rhône, au guidon de ma chaise roulante!
Et salut la compagnie !

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :