Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dimsnche 3 juin 2018
Lettre à Mme Françoise Brou, critique d'art et organisatrice de mon exposition de tableaux au hameau de Condémines sur Fey-Nendaz pendant ce mois de juin.

Chère Françoise Brou,

Je viens de découvrir sur Internet votre parcours. J’en ressors époustouflé et totalement incrédule quant à la possibilité qu’une personne de votre qualité
ait pu acheter le bistrot de Condémines , avec le projet d’y organiser des expositions, et cela sur la base du tableau qui décorait sa façade.
Franchement, Françoise, entre nous, dites-moi que c’est une blague !
Parce que moi, j’ai de mes croûtes picturales une opinion lucide et donc très dépréciatrice.

Un jour, je visitais des châteaux en Ecosse. Dans l’un d’eux, au milieu des dizaines de portraits des ancêtres de l’actuel propriétaire des lieux, voilà que surgit
un Rembrandt.
Choc. Stupeur. La perfection absolue. Ledit Rembrandt se nomme “Femme lisant”.
Il représente, émanant de l’ombre intense rembrandtienne bien connue, une femme dont le visage est éclairé par la lumière émanant...
... du livre qu’elle tient entre ses mains. Sublime.

Ce jour-là, j’ai su que mes tableaux ne seront jamais que l’oeuvre d’un ver luisant ambitionnant stupidement de ressembler à une étoile,
puisqu’il accepte de se laisser exposer à l’appréciation et au jugement d’un public. Or ça, c’est du culot de ma part.

Et il en est de même en littérature pour la quarantaine d’ouvrages que j’ai eu le culot de laisser publier par des éditeurs tout en me laissant indument qualifier d’écrivain.
Pour moi, sont dignes de ce statut ceux d’entre eux dont les oeuvres traversent les siècles et les millénaires, d’Homère à Victor Hugo sans omettre , Dante, le Cervantès et peut-être Baudelaire.

Voilà pourquoi je me sens si gêné chaque fois que j’entends un compliment émis au sujet d’un de mes livres et, mille fois pire encore, sur ce que je nomme mes croûtes.

Et ce n’est pas, de ma part, un truc grossier pour susciter des compliments du genre: “Mais non, mais non, au contraire, Monsieur, vous avez un réel talent!” . A d’autres!

Message transmis à tous les vers luisants des arts qui, parce que " la critique" les a consacrés et que leurs oeuvres se vendent à des prix astronomiques, seraient tentés pour se prendre pour des étoiles.

Bon courage quand même pour notre exposition. Et bon weekend. Narcisse

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :