Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mercredi 5 septembre 2018

Il y a 90 ans,
le 5 septembre 1929, je suis sorti du ventre de ma mère Innocente Praz née Bornet et j'ai tout de suite poussé ma première gueulée en patois. Je la traduis en français: :

L'ANTINATIONALE LIBERTAIRE !

Pas d'autorité sur la Terre,
De tous les pouvoirs c'est la fin.
Je veux un monde libertaire

Sans Président ni mandarins !
Pas de prisons, pas de casernes!
Révolu le temps des matons!
Le flic a la matraque en berne,
Le juge loup se faiT mouton.

C'est la fête générale
Dansons main dans la main.
L'Antinationale
Sera mon lendemain.

De l'Etat faisons table rase,
Jamais d'autorité sur nous.
Sans grands discours
Sans belles phrases,
Vous n'étiez rien, nous serons tout!

C'est la Fête générale.
Dansons main dans la main.
L'Antinationale
Sera notre lendemain.

Plus de frontières pour les hommes!
La liberté, c'est aujourd'hui
Etat, barrières, c'est tout comme..
Pour l'homme libre, c'est un viol.

Liberté, premier bien sur la Terre,
Sans personne au-dessus de nous.
Libertaires, Libère-Terre,
<libérons-nous par le bon bout!

C'est la Fête générale,
Dansons main dans la main.
L'Antinationale sera nos lendemains !

ET VIVE L'ANARCHIE HEUREUSE ! NOM DE ZEUS!

En entendant ça, venant de la part d'un nouveau-né,
Louise Michelet, la sage-femme de la vallée de Nendaz en est tombée de sa chaise et s'est écriée en patois:

- Ora cho, ën éy ounco jamé yü ! Oun poupoun que tsante Internachinala !

Eh bien ça, alors, j'ai encore jamais vu: un poupon qu i vient au monde en chantant l'Internationale libertaire!

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :