Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

5 SEPTEMBRE 1929 -
5 SEPTEMBRE 2019

LA CHANSON DE MES 90 ANS:
compilation d’une épopée libertaire.

Pastiche de la ritournelle des années 1920
« On n’a pas tous les jours 20 ans »
***
La vie est un poisson d’avril
Venue sans froncer le sourcil
Sur notre dos sans crier gare
Tandis que le Destin se marre :
C’est un mâle, mais qu’en fait-on ?
P’tit bourgeois ou mauvais garçon ?
Il m’a tout l’air, avec sa bouille,
D’une franche petite fripouille.

Laissons-le chanter ses vingt ans,
ça n’arrive qu’une fois seulement,
Ce jour-là passe hélas trop vite,
C’est pourquoi faut qu’il en profite.
La vie est un poisson d’avril
Qui lui chatouille le nombril
Laissons-le croire encor longtemps
Qu’il aura bien toujours vingt ans.

L’amour est un poisson d’avril
Qui fond sur vous comme un missile
Tour à tour prénommé Sylvie,
Puis Simone, Agnès, puis Flavie,
Olivette, Angèle, Ursula
Lucie, Lucette et Ramona,
Et puis voici venir Odile
Se livrant à son croque-Odile.

On n’a pas tous les jours trente ans,
ça nous arrive une fois seulement.
Pour faire comme tout le monde,
Il entre dans la triste ronde :
Mariage, famille, enfants
Responsabilité, argent !
Merci, patrons ! Adieu, patrons !
Moi j’entre en autogestion !

L’argent n’est qu’un poisson d’avril
En gagner n’est qu’un coupe-fil.
Business, affaires, famille, mariage
Et malgré le cœur à l’ouvrage,
Avec au bout pour tout bonus
Escrocs, divorce et infarctus !
Adieu gloriole, adieu famille,
Illusions, partez en vrille !
On n’a pas tous les jours quarante ans,
Ca nous arrive une fois seulement.
Du passé largue les amarres !
De tous les carcans y en a marre !
Au diable Système et tout son ch’nil,
L’argent n’est qu’un poisson d’avril.
Ruiné, sans le moindre pécule,
Il faut avaler « La pilule » !

Capitalisme, Eglise, Etat,
Armée, nation, même combat !
Dénonce, écris et manifeste !
Système, au diable cette peste !
A bas le règne des tyrans,
Autorités, flics et Shah d’Iran
A coup de procès vont t’abattre
Et parachever le désastre.

La liberté ? Poisson d’avril !
Y croire, c’est un espoir vil.
Pour y avoir cru bien à tort
Tu vas en payer le prix fort.
Dès lors tâte de l’anarchisme,
Autant dire doux euphémisme,
Rêve avec ta bande d’anars,
Autour de toi fous le bazar !

Vient enfin le temps d’A.V.S.
Comme un coup de pied dans les fesses
Te voilà rentier grand bourgeois
Avec mille trois cents francs par mois !
Impossible de vivre en Suisse,
Il faut qu’en France je me trisse.
Ma retraite française m’attend
Quinze euros par mois, c’est tentant.

On n'a pas tous les jours 90 ans,
Ca nous arrive une fois seulement.
C’est la date de péremption
Pour ma viande et mes vieux oignons.
A d’autres laissant la vieillesse,
Moi, je suis en pleine jeunesse.
De ce bon vieux temps vite passé
J’en ai profité bien assez.

Toujours jeune et plein d’allant
Je célèbre mes nonante ans.
Quand la vie ne tient qu’à un fil,
Elle n’est plus qu’un poisson d’avril.
Comme Amour, Liberté, Argent,
La Mort n’est qu’un mot restringent
A la face de cette Bouffonne
Je crache le mot de Cambronne.

*** A l'attention de qui l'ignorerait:

MERDE est souvent désigné en français comme « le mot de Cambronne » en référence au passage du roman de Victor Hugo Les Misérables, dans lequel l'auteur raconte sa version de la bataille de Waterloo : c'est le général Pierre Cambronne qui aurait prononcé ce mot en réponse au général britannique Charles Colville qui le sommait de se rendre.

On retrouve le mot de Cambronne chez Marcel Pagnol dans une réplique bien connue:
- Tu sais ce qu'elle te dit, la Marine française? La Marine française de dit merde !.

Hélas, comme fut vaincu à Waterloo le général Cambronne après avoir dit merde à un général anglais, de même en sera-t-il fatalement de l'homme qui aujourd'hui vient de dire merde à la Mort. Ou peut-être pas?

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :