Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le croque-mort

Echu nonagénaire, échoué grabataire
Un homme vit un jour dans sa demeure austère
Débarquer un huissier par l’Etat mandaté
Afin d’inventorier ses biens, noter, compter
L’argent que l’on pourrait à sa mort immanente,
Certes inéluctable et peut-être imminente
De ses biens au soleil, ou cachés, extirper
De son futur cadavre expurger, extriper.
La perquisition se révéla féconde
Tant en secrets d’alcôve à l’heure moribonde
Qu’en documents douteux en classeurs « Top secret »
Benoîtement livrés à l’homme au couperet.
Sur ces trésors le monstre a tôt fait patte basse
Vie publique ou privée, imprimés, tout y passe,
Fertile est la moisson. Heureux, tout souriant,
Le messager du fisc haut promu se voyant
Déjà, quitte les lieux, un au revoir grommelle,
Rêvant promotion et présents à la pelle
Pour lui-même. Et mort prompte au futur macchabée
Qui vient de le subir, ahuri, bouche bée.
Au fait, ces yeux fixés déjà sur l’au-delà
Et cette bouche ouverte, inerte que voilà
Ne seraient-ils pas moi signe d’heureux présage
Que la mort vient déjà d’exaucer sans ambages
Mon vœu d’être demain au juste rang promu
Conforme à mon mérite ? Et j’en suis tout ému.
Allons, quittons ce lieu, faisons belle figure.
La mort de ce quidam m’est de fort bon augure.

 
 
 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :