Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mardi 26 novembre 2019
LOCATAIRES DONC ESCLAVES?

Ce matin je viens de passer un long moment à contempler le feu qui crépitait dans la cheminée de mon fourneau en pierre ollaire. Et je me suis senti bien. Bien parce que chez moi.
Comme mon frère aîné Nestor (salut, frangin disparu en 1993) , ma soeur Eliane également disparue, ma soeur Micheline actuellement en EMS, je suis né dans ce que l'on nommerait aujourd'hui un taudis. Jamais je ne m'y senti malheureux du fait que c'était un taudis. parce que dans ce taudis j'étais CHEZ MOI.
Dans les années 1970-1980, au temps de "La pilule" et du "Crétin des Alpes", devenu locataire à Genève, je pris conscience de la justesse du slogan de l'auteur anarchiste Sébastien Faure: "La propriété, c'est le vol". Je l'ai analysé et conclu que le principe méritait que l'on fasse la distinction entre propriété abusive de la part du capitaliste mais légitime de la part du monde d'en bas auquel j'appartenais.

Alors, dans le but de défendre ce point de vue, j'ai résilié mon bail de mon appartement au Chemin Rieu pour me réfugier avec mes deux enfants DANS UN MOBILE HOME au camping de Conches, voulant de la sorte prouver que l'on peut vivre autrement sans continuer à enrichir le monde du capital. J'y ai vécu pendant 12 ans.

Et je l'ai fait savoir en balançant dans les boîtes aux lettres des grands immeubles locatifs de Genève, 20.000 tracts invitant leurs locataires à prendre conscience de la force qu'ils pouvaient représenter en se mettant collectivement en GREVE DES LOYERS. En ce temps-là sévissait à Genève une pseudo pénurie de logements, savamment organisée par les grands propriétaires immobiliers afin de maintenir hauts, très hauts, toujours plus hauts les loyers. Mes tracts tombaient donc pile poil.
Que pensez-vous qu'il en advint? Rien ! Pas une signature en retour! Pas un appel téléphonique! Rien !
Conclusion? LES LOCATAIRES ONT PEUR DE LA LIBERTE!
LES LOCATAIRES VEULENT GARDER LEUR STATUT D'ESCLAVES DES GRANDS PROPRIETAIRES IMMOBILIERS,
ceux-là même que l'anarchiste Sébastien Faure qualifiait de VOLEURS !
Bon. Je retourne contempler et entendre crépiter le feu dans la cheminée de MA maison que j'ai conquise en travaillant.
Salut. Bonne journée à tous.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :