Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dimanche 1er décembre 2019

NE TE FIE A PERSONNE, SURTOUT PAS A TOI-MÊME !


LU sur le site de l'1dex ces mots:

"Les ingrats sont comme les pigeons malades: tu les aides à s'envoler et pourtant, une fois en l'air, ils te chient dessus".

C’est exactement ce que m’a fait, il y a quelques années, un faux couple de faux-culs lorsque je leur ai vendu ma maison dans un village du Valais. La banque leur ayant refusé le crédit nécessaire, ils m’ont demandé de leur accorder un crédit. Moi, imbécile crédle, je l’ai fait. Je leur ai accordé un crédit remboursable sur 3 ans à raison de 800 fr. par mois. Ils ont payé pendant 6 mois, puis ils ont trouvé la combine pour ne plus payer.

Ils ont découvert, dans cette vieillerie qui datait de 1870, de prétendus vices cachés ! Tu parles ! Mon oeil ! J’ai dû leur intenter un procès pour me faire rembourser mon prêt. Ils se sont arrangés pour le faire durer 4 ans pendant lesquels ils ont épuisé… 4 avocats et mes nerfs A la fin, à bout de résistance nerveuse et d’insomnies, et 18.000.– fr. de frais de procédure, j’ai capitulé et renoncé à ma créance.

Mais dans cette affaire, le pigeon, ce fut moi. Ces deux drôles d'oiseaux-là, je leur avais donné la becquée et pour me remercier de leur avoir permis de prendre leur envol, sitôt envolés ils m’ont chié dessus.

Passe un peu de temps et qu’est-ce que j’apprends? Que le faux couple a éclaté et mes deux gredins se trouvent en procès entre eux deux… pour cause de recherche en paternité de l’enfant que la dame attendait au moment de la signature du contrat de vente de ma maison!

Passe encore un peu de temps et voilà que ladite maison est la proie d'un gros incendie ! Bizarre, non?

Bien mal acquis ne profite jamais.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :