Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Samedi 28 décembre 2019
LES DEUX TABLEAUX D'ANKER A VOIR ABSOLUMENT CHEZ GIANADDA.

Après une première visite en famille à l'exposition des peintres suisses Anker et Hodler chez Gianadda, un ami est venu de loin vient me trouver chez moi. Je lui parle de cette exposition très patriotique. De prime abord, s'agissant de la collection privée d'Ernest Blocher, mon ami, objecteur de conscience et emprisonné pour ce fait dans sa jeunesse, a un haut le coeur: "Quoi? la collection Blocher?". J'insiste disant qu'il y a dans le lot deux tableaux qui méritent attention. Il accepte l'invitation et une heure plus tard nous voici plongés jusqu'au cou dans le patriotisme pictural du milliardaire Blocher, allemand d'origine mais Suisse d'importation de seconde génération.

PREMIER TABLEAU, de modeste envergure.

J'en viens aux deux tableaux du peintre Anker.. Le premier est intitulé "Les Huguenots". Assise au bord d'un chemin en pleine forêt, une femme hagarde.presse dans ses bras un enfant hébété. Le pater familias debout lui tend un morceau de pain. Ce ne ne sont pas visiblement des miséreux en loques mais des bourgeois. Leur vêture en témoigne, c'est une famille française victime de la Révocation de l'Edit de Nantes bannie de leur pays et en fuite désespérée vers un pays d'accueil, n'importe quel pays. Poignant. Les visages dignes, accablés, sont ceux d'une famille qui vient de tout perdre et ne comprend pas vraiment ce qui lui arrive.

SECOND TABLEAU
Son titre est" LA VENTE AUX ENCHERES"., grand format de 80x120 cm..
Toute la partie gauche du tableau représente la foule des acheteurs: des visages d'hommes et de femmes de tous âges et conditions sociales,Tous les regards sont braqués vers le centre du tableau où siègent, impassibles, les commissaires priseurs vendeurs des biens offerts aux amateurs d'une Bonne Affaire. L'unique regard dirigé vers l'extérieur de la scène est celui d'un bébé dans les bras de sa maman: ce regard-là nous interroge... Face aux commissaires priseurs, impavides fonctionnaires exécutants des basses oeuvres de la Société humaine, des femmes palpent en connaisseuses les étoffes douillettes de ce qui semble être un couvre-lit. L'on ne peut s'empêcher de penser au cerf d'une chasse à courre offert à la curée de la meute des chiens.

Puis vient, à l'extrémité droite du grand tableau, la contre-scène: la frêle silhouette toute de noir vêtue d'une vieille femme. Son visage est enfoui dans un linge blanc tout froissé, tout frippé. Elle est assise. Elle pleure. Derrière elle, la silhouette vague d'un homme fouillant dans une armoire... Pour voir s'il n'existerait pas encore quelque chose à lui prendre pour le mettre en vente? Va savoir. Ainsi se trouve mise à l'écart de la scène majeure du tableau de "La vente aux enchères" le personnage qui en est en réalité le principal: la petite vieille dépouillée de tous ses biens, probablement pour une dette impayée. Tous les autres personnages du tableau l'ignorent. C'est toute la vie de cette malheureuse vieillarde qui se trouve mise en vente au plus offrant!

Bouleversant. A t'arracher, au choix, des larmes de compassion ou bien le besoin de HURLER: "Bande d'abrutis, il n'y aura donc pas un ou une seule d'entre vous pour racheter ces couvre-lits et autres objets pour les rendre à cette pitoyable vieillarde qui, honteuse, enfouit son visage en larmes dans son linge blanc tout fripé?" Non. Décidément, non. La vente continue !

Or, ces deux tableaux-là:
- Celui de cette famille de Huguenots bannis de la France catholique parce que protestants après confiscation de tous leurs biens et désormais condamnés à une improbable errance à travers l'Europe;

- Celui de la misérable vieillarde exclue de la société régie par la sacrosainte Propriété pour cause de vente aux enchères de ses ultimes biens domestiques;

Ces deux tableaux-là sont devenus LA PROPRIETE DU MULTI MILLIARDAIRE ERNEST BLOCHER! L'abominable, l'exécrable Ernest Blocher, l'homme qui enchaîne et finance les Initiatives populaires suisses en vue de l'EXCLUSION du territoire de la Confédération du pays qui a accueilli ses propres géniteurs Blocher venus de l'Allemagne!

Ces deux tableaux-là sont à l'image même de l'actualité témoin des migrants qui se noient dans la Méditerranée faute d'accueil sur les rives de l'Europe et interdits d'entrée sur le territoire de la Libre Helvétie parce que ledit Ernest Blocher, propriétaire de ces deux tableaux-là, a financé les Initiatives populaires de son parti politique, l'UDC, premier parti de Suisse, limitant, voire interdisant l'accès sur son territoire des Arabes et les Noirs dits les Nègres qui sont aujourd'hui ce que furent les Huguenots d'avant-hier et les juifs d'hier.

Qu'attend la Suisse pour nommer le multi milliardaire cynique Ernest Blocher Kapo en chef du Camp de concentration nommé Helvétie?

Mais que font ces deux tableaux-là,chez ce type-là nommé Ernest Blocher? Le peintre Anker doit se retourner dans sa tombe...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :