Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

MERCI, MESSIRE CORONAVIRUS !

Grâce à toi et au confinement humain planétaire que tu as suscité dans nos mœurs, il m’a été donné d’observer pendant quelques instants (car c’est difficilement supportable au-delà de quelques minutes pour un humain doté de bon sens et de raison !) le stupéfiant spectacle :

  •  d’un singe déguisé en pape s’adonnant à ses singeries hilarantes de messe célébrée devant une Place publique immense et vierge de toute présence animale et donc humaine ;
  •  puis d’un évêque  en faisant autant en ville de Sion;
  • puis la vue de mâles humains abrutis piquant du nez sur leurs tapis de prières en récitant un charabia arabe d’onomatopées dédiées à un improbable allahakbar ;
  • puis à une séance de courbettes à la japonaise d’austères mâles humains barbichus cassant en deux leurs silhouettes grandguignolesques devant une haute muraille censée entendre leurs lamentations ;
  • carnavalesque mélange de singes prétendus savants adjurant une très improbable  Puissance surnaturelle nommée Dieu, Allah ou Yahvé de mettre fin à la pandémie nommée Covid.

 

Merci, Messire Coronavirus, d’avoir inspiré à d’autres humains tout autant abrutis de religion l’idée d’infliger par émissions télévisées interposées ces scènes de sincères singeries  qui sont autant de confirmations du fait que la religion ramène l’homme à son état simiesque premier. Sur sept milliards d’humains peuplant la planète Terre, quatre milliards d’entre eux sont ainsi, de par l’intoxication mentale dont ils ont fait l’objet depuis leur naissance et donc en leur état premier de larves, redevenus les primates poilus, intellectuellement  bas de plafond, qui précédèrent l’homo erectus dans son évolution, capables de réciter des millions de fois sans discontinuer mantras et autresjevoussaluemariepleinedegrâceleseigneurestavecvousvousêtesbénieentretouteslesfemmesetésuslefruitdevosentraillesestbénisainemariemèrededieupriezpournouspauvrespécheursmaintenantetàlheuredenotremortainsisoitilnotrepèrequiêtesauxcieuxdonneznousaujourd’huinotrepainquotidienetainsidesuitependantdesheuresetdesheurescommedesbêtesbêlantes…

Merci, Messire Coronavirus, pour cette brillante démonstration du degré que peut atteindre la bêtise humaine déjà célébrée par Monsieur Albert Einstein qui, bien qu’ayant été abruti par l’une de ces religions monothéistes, s’en est débarrassé en substituant à d’ahurissantes croyances idiotes  son immense savoir que j’envie.

Persiste et signe : Narcisse Praz fils d’Adrien et d’Innocente née Bornet.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :