Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vendredi 17 juillet 2020
 
In memoriam
Sonnet
 
A nonante ans passés, de haine jamais lasse
Je te hais, je t’étripe en songe chaque nuit,
Toi, prêtre ensoutané, de graisse tout bouffi,
Qui sur mon innocence, à douze ans, fis main basse.
 
Captieux recruteur, pour ton vaste circuit
De pseudo vocations pour la divine grâce
Mais vraies chairs à plaisir livrées à des rapaces,
Prêchant la charité pour le salut d’autrui,
*
Père salésien, à l’allure bonasse
Et accessoirement pédophile recuit,
Ventripotent, gros, gras, adipeux, dégueulasse
 
Dans l’étang t’es noyé, de toi-même, sans bruit.
Sur ta tombe j‘urine et ton nom je caillasse,
Prêtre d’un Dieu mythique infâme sous-produit.
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :