Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Voici qu’on reparle de la tragédie du tunnel autoroutier de Sierre qui a fait 28 morts dont 22 enfants. Les parents des victimes ne se satisfont pas des conclusions de la justice suisse. Ils estiment que l’éventualité du suicide du chauffeur n’a pas été suffisamment envisagée et approfondie. Certes, mais il existe peut-être une autre explication à cette tragédie, à savoir La Colère de Dieu déjà tant célébrée par Maurice Zermatten.

En effet, le 18 novembre 1999, le Nouvelliste publiait, en couleurs s’il vous plaît, la photographie de la Bénédiction du Tunnel autoroutier de Sierre par l’abbé Michel Massy, curé de Sierre. Selon la tradition, le prêtre nanti de cette haute mission a bel et bien invoqué la protection de Dieu sur cet ouvrage réalisé sous l’égide de l’Etat du Valais. Le résultat normalement attendu devait s’illustrer par l’absence de tout accident sur le parcours du dit tunnel. Or, moins de treize ans plus tard, à la barbe de Dieu sans doute distrait, va savoir, voilà qu’un autocar belge, donc un autocar catholique pur jus, vient s’encastrer dans les cloisons de ce même tunnel avec pour résultat une tragédie. Au vu de l’ampleur de la catastrophe frappant des enfants, qui oserait ironiser sur la dramatique efficacité de l’oraison prononcée sur place même par l’abbé Michel Massy curé de Sierre?

Et pourtant? Et si cette tragédie était le fait de la colère de Dieu célébrée par Maurice Zermatten? Dieu furieux a-t-il provoqué cette collision afin de blâmer la collusion entre l’Eglise et l’Etat ainsi que le fait aujourd’hui une Initiative populaire pour un Etat du Valais laïque? L’Etat chez lui, l’Eglise chez elle! Rendez à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu, disent les évangiles.

Ou bien l’abbé Michel Massy se trouvait-il en état de péché mortel lorsqu’il a prononcé son homélie implorant la protection du Très-Haut sur cet ouvrage profane? Ou bien Dieu avait-il, ce jour-là, négligé d’équiper ses divines oreilles des appareils acoustiques que lui impose son grand âge? Chose certaine, l’Etat du Valais devrait, a minima, face à la démonstration ainsi apportée de l’efficacité des bénédictions épiscopales sur ses ouvrages profanes, se demander si, tous comptes et mécomptes faits, ces bénédictions à tour de bras et de goupillon n’ont pas pour unique résultat concret de ridiculiser le canton du Valais ainsi rabaissé au niveau d’un Clochemerle où l’on implore la protection de Dieu même sur les pissotières publiques. Car il peut s’en commettre, des péchés, dans les pissotières publiques, même bénies par Mgr. l’évêque! Vade retro, Satanas!

Partager cet article

Repost 0