Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jeudi, 22 août 2013. Première page de Libération: des cadavres alignés à perte de vue. Titre: "Questions sur un massacre". Sous-titre: "Plus d'un millier de personnes seraient mortes dans des attaques chimiques de l'armée de Bachar-Al-Salaud".
Preux chevaliers, c'est le moment de murmurer à votre gente dame le poème que voici:

PROBLEME

On s'étripe en Syrie, en Egypte on s'égorge
Les peuples batailleurs mille raisons se forgent
Pour s'affronter, rangés, rageurs et ravageurs.
Le ciel, sourd, retentit de mille cris vengeurs.
C'est leur problème.
Moi, je t'aime.

La Terre tremble ailleurs et la Bourse à Paris
S'effondrent les monnaies et les meilleurs paris.
Mahomet fait trembler l'Europe et l'Amérique,
La planète est un asile psychiatrique.
C'est leur problème.
Moi, je t'aime.

Mon Amérique à moi, c'est ce brin de fossette
Illuminant ta joue. Et ma Rome secrète,
C'est la source aux baisers où s'abîment les mots.
Mon paradis se love aux confins de ton dos.
C'est mon problème.
Moi, je t'aime.

Ton sourire est mon vin, tes larmes ma rosée.
Le feu de ton regard étourdit ma pensée.
Et je te fais parfum. Et ta chair est mon miel.
Mon poème, c'est toi, ma musique et mon ciel.
C'est mon problème.
Moi, je t'aime.

Pour l'Islam on s'étrille. En Egypte on s'explose,
On bombarde au Liban, de mort c'est l'overdose.
C'est la guerre entre imams, mollahs, ayatollahs
Au nom de Mahomet, au nom du même Allah.
C'est leur problème.
Moi, je t'aime.

(Extrait de mes Poèmes libertaires (Ed. ABH SA) 1982 et réadapté à l'actualité du jour. Reproduction libre sur Internet et même sur le sable).

Partager cet article

Repost 0