Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

26 juillet 2013. On nous dit ce matin que les exportations d'armes fabriquées en Suisse sont en recul? Dramatique! Les marchands de mort devront donc revoir à la baisse leur glorieuse efficacité? Dramatique!
On nous rassure: la Suisse interdit l'exportation d'engins de mort vers les pays en état de belligérance. Sornettes. Pour contourner cet interdit, voici comment cela se passe.
Dans les années 1950-60 la FH,Fédération horlogère, pour protéger son industrie des boîtiers de montres en or, interdisait l'exportation de mouvements d'horlogerie nus vers le Japon, très demandeur. Pas fous, certains fabricants établissaient leurs documents d'exportation sur des maisons canadiennes dûment autorisées ou... fictives. Le transitaire établissait ce qu'il appelait "un double manifest", envoyait les colis à Amsterdam via la compagnie KLM qui, instantanément, équipait les colis à destination canadienne d 'un "manifest" direction Tokyo. Et le tour était joué.
Il s'agissait, en fait, de COPIER COLLER CE QUE FAISAIT LA MAISON
BUHRLE AVEC SES ARMES. Et ne me dites pas que j'ai trop d'imagination:
de ces exportations "spéciales", j'en ai fait moi-même. Alors, salut l'hypocrisie helvétique consistant à sauver la face en matière de commerce propre de ses avions Pilatus et de ses canons! Document d'exportation timbré par la douane suisse à destination de la Pologne. Transbordement à Berlin. Destination finale? Allah sait où !

Quant au résultat concret des interdits de la FH, le résultat en fut que quelques années plus tard le Japon se mit à fabriquer lui-même ses propres mouvements et avec quel succès! Et vive les Seiko et les Citizen!
Mais je mélange tout, ce matin. Faut que je remette de l'ordre dans ma cervelle. C'est la faute à la canicule.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :