Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mardi, mais j'ai oublié la date.Je viens de plonger dans l'histoire de la Grèce en l'an 594 avant J-C- .
Or donc, il y a de ça environ 2600 ou 2700 ans, le peuple d'Athènes se trouvait dans la même situation qu'aujourd'hui, couvert de dettes. L'aristocratie intellectuelle et financière, composée de riches propriétaires terriens, profitant d'une loi qui faisait du débiteur l'esclave effectif du créancier, avait littéralement asservi toute la population active de la cité et de ses environs. A force de verser les 5 sixièmes de ses récoltes à ses créanciers, le peuple étouffait sous le joug de la misère.La révolte grondait. Comme aujourd'hui. L'Histoire se répète donc?
Le gouvernement d'Athènes était composé d'archontes, synonyme de riches notables bien confortables. Parmi eux, le dénommé Solon, un peu guerrier, un peu poète qui lisait ses textes publics en vers. Quelque chose d'anar sommeillait en lui. En effet, le terme anarchie désigne originellement une période exempte d'archontes dans l'administration des biens publics. Une chance!
Et voilà que, unilatéralement, le dit Solon décréta l'abolition de toutes les dettes du peuple d'Athènes, tant envers le créancier quidam que l'Etat lui-même! Une révolution! La décision prit force de loi et force fut bien aux nantis de privilèges abusifs de s'en accommoder, non sans récriminations et menaces.
Mais le résultat fut acquis: non seulement plus personne ne devait rien à personne, mais les Athéniens réduits en esclavage effectif du fait de leurs dettes ainsi effacées retrouvèrent leur statut d'hommes libres!
Tiens! Voilà qui me rappelle mai 1968. Je vivais à Paris à cette époque-là. Je me souviens du rêve des Parisiens endettés jusque par-dessus la tête et loin au-delà. Je les entendais discourir dans la rue, dans les bistrots et se repaître de cette phrase magique: "Plus personne ne doit rien à personne..."
Pauvre peuple de Paris! Pauvre peuple d'Athènes, souvenez-vous plutôt de ce proverbe espagnol qui dit: "Quand la merde prendra de la valeur en Bourse, les pauvres naîtront sans cul".
Les actions de dame Merkel sont en phase de prendre force valeur en Bourse et j'apprends de source sûre que le premier bébé Grec né après l'échec de la Révolution Syriza est né sans cul! Et ce n'est qu'un début!

Partager cet article

Repost 0